Affichage des articles dont le libellé est toxicité. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est toxicité. Afficher tous les articles

mardi 7 janvier 2014

Chers Enfants, Comme à tous les enfants du monde, je souhaite...




" Chers Enfants, 
Comme à tous les enfants du monde, je souhaite un bon voyage sur le chemin de l'école. Je vous écris d'Europe, de ces beaux pays où l'école a des droits et des moyens égaux à ceux donnés aux armées, où les Droits de l'Homme et de son expression sont érigés en principe. Des principes dont on vous parle peut-être en ces termes dans vos ouvrages d'école.

Nous de ce côté du monde, vous voyons par sentiers escarpés, par plaines desséchées, par vaux marécageux, aller vers votre avenir. Nous qui allons carrossés, pensons à vous, qui allez à pied. Et c'est vous qui êtes bienheureux, soyez-en sûrs. 

Au XX° siècle, notre côté du monde a tout industrialisé. Même le crime. 
Vous êtes à l'état bienheureux où l'homme dompte dignement la nature mais sans la plier ni l'insulter. Parce que vous avez les pieds sur le sol, nous qui sommes artificialisés et ne touchons plus terre, nous devrions vous porter un regard de compassion ? C'est comme si l'on montrait aux poules élevées en batteries que leurs congénères élevées en plein air doivent avoir bien froid. Des poules le croiraient. Pas des Hommes.

Faut-il à ce point qu'on veuille nous distraire de notre véritable condition ?

De ce côté du monde, les mamans attachent leur tout-petit aux poussettes qui les mènent, en roulant, chez une nourrice. Elles les y laissent chaque jour et partent gagner ce dont la nourrice a besoin pour vivre. Vos mamans ne feraient jamais ça ? 

De ce côté du monde, les enfants avalent le matin un bol de lait chauffé aux ondes électro-magnétiques. Bien sûr, leur maman les couve du regard. Ce lait vient d'une usine où des vaches sans cornes vivent, mangent, vèlent, et meurent. Pour qu'elles produisent plus et plus longtemps, on leur retire leur nouveau-né à la naissance-même, avant qu'elle ait pu le lécher, et ça, on ne le dit ni à nos enfants, ni à leurs mamans. Vous qui voyez encore naître des chevreaux et des veaux, vous ne feriez jamais ça ?

De ce côté du monde, nous avons industrialisé le vivant, graines et animaux, et nous nous nourrissons de mammifères et d'oiseaux malheureux dont nous ne respectons ni la naissance, ni les conditions de vie, ni les besoins.




Et nos enfants partent ainsi à l'école, souvent grognons, en bus, en train, en car, en métro, en voiture, en roulant, en râlant, le ventre satisfait, tandis que vous, vous marchez beaucoup, satisfaits d'arriver après de longs et durs chemins d'école. 

De ce côté du monde, nous passons de l'appartement au bus pour se rasseoir en classe ou au bureau. Votre corps est en mouvement. Le nôtre est à l'arrêt. Vous marchez, marchez, 
et en marchant vous apprenez. 


Ici, tout le monde roule, roule, mais il faut aller à pied jusqu'à la voiture, jusqu'au au métro, derrière ces monstres qui brûlent leur huile et nous en infectent les poumons et le sang un peu plus chaque matin que nous roulons. 

Chaque litre de pétrole brûlé ajoute à ce que nous appelons notre croissance, car de l'argent a été échangé. Chaque minute travaillée aboutit à quelques litres brûlés. On appelle ça la richesse d'un pays. Nous avons de drôles de mots quand vous croisez de drôles de zèbres.

Du coup, de notre côté, l'air est brun le matin. C'est le signe des pays qu'on dits riches. L'air brun.




Vous avez emporté contre vous le goûter, le repas qu'il faudra partager sur le chemin. Du pain que vos parents ont cuit hier, encore humide à l'intérieur, du fromage de votre brebis, une feuille de salade achetée au marché local. 

De notre côté du monde, les enfants vont à la cantine manger dans une salle blanche et propre mais bruyante comme une gare, où leur sera servi un repas équilibré. Une tomate, du pâté de porc ou de volaille, un cassoulet de saucisses et de haricots, un yaourt au caramel, une pomme. Quelle chance vous direz-vous. 

La pomme au cours de sa vie sur l'arbre n'a jamais vu la pluie. Elle a été arrosée cinq fois. Une fois pour tuer les mouches, les abeilles et autres insectes viennent butiner la fleur, l'insecticide. Une fois pour tuer les champignons, le fongicide. Une fois pour tuer les vers, un nématicide. Et lorsque la pomme est grosse, une autre fois pour tuer les oiseaux, un corvicide. Son pommier lui, boit une eau traitée par un herbicide, pour tuer les plantes qui poussent à l'ombre de tous les arbres. Tous ces produits aussi participent à notre richesse. La pomme chez nous est une meurtrière qui a déjà tué cinq fois. La pomme brillante et dodue, croquante et sucrée, porte les habits de la mort. Et nous qui n'avons pas loin à aller pour rouler jusqu'à l'école, sommes bien obligés de la manger. Vous ne feriez jamais ça ?



Il en va de même pour les tomates, les saucisses et le pâté. Je vous passe les détails de la vie des cochons. Ils vivent un peu comme nous en Europe. Les uns sur les autres, sans voir le soleil ni respirer l'air des prairies. Ils se dévorent entre eux alors on leur arrache les dents, et on leur coupe la petite queue en tire-bouchon. Ils sont traités comme la pomme, mais à renfort de vaccins et de piqûres aux antibiotiques pour ne pas que leurs atroces conditions de vie ne les achèvent avant qu'on les abatte. On vient à leur souhaiter d'être abattus au plus vite. Car il faut que leur viande malgré la non-vie qui règne autour de lui reste vendable et mangeable, entre l'école du matin et l'école de l'après-midi. Vous ne feriez jamais ça ?

Pour acheminer ces repas de ce côté du monde, il a fallu que des milliers de camions viennent d'une région pour la tomate, d'un autre pays pour les haricots, fassent des centaines de kilomètres de route et brûlent des milliers de litres encore pour arriver vers nos villes, à l'air si brun.

Le pâté la saucisse, si bien cuisinés, bien réchauffés, servis dans des assiettes relavées dix fois n'ont-ils pas alors un petit goût de métal, de pétrole, et de souffrance aussi ? 



Alors, de ce côté du monde, il nous reste à lever les yeux au ciel, ou dans nos urnes, pour espérer. Nos urnes funéraires comme nos urnes électorales. Quant au ciel, les avions laissent de telles traînées blanches que ce pourrait être de beaux dessins ; c'est du sulfate de baryum, censé empêcher l'atmosphère de se révolter contre toutes ces fumées que nous faisons depuis cent cinquante ans. L'empêcher de se réchauffer trop vite et par là, de dévaster vos campagnes par ses typhons et ouragans. 

Comme le bruit aurait remplacé la musique, la lutte contre la nature a remplacé l'harmonie avec elle. Elle gagnera sûrement à la fin. Ou nous perdrons très tôt. C'est au choix. Et nous vous emmènerons avec nous, qui n'y pouvez rien.


Vous respirez le grand air des pampas, des steppes, mais nous qui voyons le film de vos vies, on vous présente à nous comme des malheureux courageux. Courageux, dignes, oui. Malheureux, désorientés, non.

Car vous donnez du sens à votre équipée, vous voulez apprendre à lire et faire par vous-mêmes, et c'est ce qui donne la force à vos jambes d'avancer. Nous de notre côté, ne sommes pas sûrs d'avoir un travail après avoir appris un métier. Cela nous angoisse, et certains tombent dans la désespérance comme pour achever, eux aussi, au plus vite leur voyage. Ils sont 11 000 en France tous les ans. Je suis certain que vous ne feriez jamais ça.

Mais c'est en continuant de rouler carrossés vers l'école, de respirer l'air empoisonné des villes que de notre côté du monde nous continuons sans nous révolter à manger de la souffrance et de la mort. C'est ainsi que vos petits camarades vivent en Europe. Parce que ça rapporte de l'argent aux usines. Beaucoup d'argent. 

Vous vivez dehors, ils sont enfermés. Vous vivez à l'horizontale au village, ils vivent séparés par les étages. Vous partagez, ils ont un petit sachet individuel en aluminium plastifié qu'ils jettent à la poubelle.





Vous respirez l'air des lions et des girafes que vous frôlez de près. Ils partagent l'oxygène avec les moteurs sur les routes. Vous risquez votre vie sur le chemin. Ils risquent la leur en ayant, comme vous le soir, peur des loups.

Nous vous pleurons sur grand écran, et moi je vous envie. Votre dos à n'en pas douter sera plus robuste et vos jambes moins grasses que celles de nos enfants. Elles vous porteront loin et mieux. Vous resterez maîtres de vous-mêmes, car lorsque votre véhicule que vous rêvez d'avoir tombera en panne, vous ne souffrirez pas de son absence. Lorsque le pétrole viendra à manquer et sera trop cher même pour nous, vous saurez utiliser l'énergie des animaux et du sol. Vous retrouverez ce que nos enfants ne connaissent pas. Les éléments, la terre, votre climat. Vous nous verrez peut-être alors faire main basse sur vos plants et vos fruits, que nous ne savons pas cultiver. Nous ferions ça, soyez-en sûrs.




Vous avez comme tous les enfants du monde les nobles rêves d'aider la société des humains à avancer. Je les reconnais comme les miens. Mais si nous avons ici moins de distance à parcourir pour aller chercher de l'eau potable ou aller à l'école que vous, nous en avons peut-être autant que vous dans le temps d'une vie pour trouver à exercer un métier et avoir un logement. Nos enfants et nos parents et nous-mêmes avons quelque fois abouti des études passionnantes dans nos écoles, pour finir par occuper un poste répétitif de caissier ou de téléphoniste dans nos espèces d'usines modernes où le salaire minimum autorisé nous donne juste de quoi payer la location de notre sommeil sous son toit. Car nous sommes une dizaine de millions de personnes en Europe à n'avoir pas de maison. 

Notre chemin aussi est ardu. Je ne dis pas l'un plus que l'autre mais différent.


Gardez votre liberté de penser et d'agir. Faites comme ces paysans indiens qui ont refusé de faire pousser des graines qu'on leur offrait mais dont l'origine leur était inconnue. De grandes entreprises de chez nous ont ainsi piégé des millions de paysans dans le monde en leur donnant des graines stériles qui ne pouvaient être replantées mais seulement ré-achetées ; puis des produits maléfiques pour les sols car il font tout pousser, comme chez nous, même sans soleil. Ils durent les arroser tant et tant que leurs sources se sont taries. Vous ne feriez pas ça ?



L'école est le plus belle chose du monde. Trop d'enfants en sont éloignés ou privés, et surtout des filles. Trop d'enfants travaillent, on dit 100 millions, et certains petits nettoient les cuves des pétroliers qui acheminent notre liquide pour rouler. 

Faites en sorte, grâce à l'école, de garder un œil sur vos livres toujours ouverts, et un autre sur vos semences, vos sources, et votre terre. Soyez, s'il-vous-plaît libres et forts. Ne suivez pas notre exemple. Alors nous vous regarderons encore avec admiration, et bientôt avec envie.





_________________________________________________________________



Cf. deux ouvrages documentaires. "Sur les chemins de l'école" de Pascal Plisson qui a résonné longtemps en moi. J'ai ensuite dévoré, lu et relu le livre tiré des entretiens de Coline Serreau, cette artiste polygraphe, avec des agronomes, des paysans érudits et altruistes.  



Ce livre est essentiel pour commencer de relier dans notre esprit ce qui d'ordinaire ne l'est pas : Les causes et les effets de notre alimentation sur les Hommes et sur la nature.

Sujet hautement tabou sur lequel nous fermons les yeux. Car c'est en effet à perdre la vue. 

Le documentaire "Sur Le chemin de l'école" a été montré aux enfants par des parents urbains soucieux de leur montrer en quoi ils étaient bien chanceux de ne pas faire ici tant de kilomètres pour aller à l'école. 


Télérama a écrit dans le même mouvement : "Le film n'insiste pas sur la dureté évidente de ces vies". S'il n'est pas faux de le dire au sujet du film, qui est remarquable, le commentaire est bien subjectif. Je m'inscris en désaccord profond avec cette vision ethno-centrée. Ce film aborde les questions d'égalité hommes-femmes, de handicap, de développement. Il nous montre surtout en creux l'inhumanité évidente de nos vies à nous.

Il faudrait dans l'idéal réaliser un contre-film, illustrant la vie de fou que peuvent vivre les enfants (et les adultes) des grandes métropoles européennes, américaines, chinoises ou japonaises. 



J'ai donc pensé m'adresser à ces enfants vu sur cet écran, en leur parlant des nôtres. (traducteurs d'espagnol, arabe et hindi, bienvenus)





































Plan International : me contacter pour un parrainage
Aide et Action : http://www.aide-et-action.org/




Une seconde édition pour le récit "Autrefois Outrebois"

Je suis très heureux de vous annoncer que dès le 14 août 2017,  Autrefois Outrebois  aura la chance d'être réédité. Le récit sera disp...